L'Escala

Lever de soleil sur la Punta Ventosa


L'Escala est une destination très prisée des amateurs d'orchidées. La première fois que nous en avons entendu parler, c'était en 2000 grâce à un article de Jean-Marc Lewin paru dans l'Orchidophile [1]. À l'époque, nous ne connaissions de cette région que les villes de Rosas, Cadaqués et le Parc ornithologique des Aiguamolls. Le printemps 2001 fut donc l'occasion d'une première virée "orchidistique". Nous y avons observé pour la première fois l'Ophrys tenthredinifera et l'Ophrys speculum, deux espèces emblématiques pour tout amateur d'orchidées. Quelques années plus tard, nous y avons trouvé l'hybride entre Op. forestieri et Op. tenthredinifera dans les dunes continentales. Depuis, nous y retournons chaque année vers fin mars - début avril pour revoir ces splendides espèces.



 

Carte de situation
 

L'Escala est située dans la province de l’Alt Empordà à l'extrémité nord-est de la Cata- logne. Ce petit port de pêche, longtemps réputé pour ses conserves de maquereaux et d’anchois, vit aujourd’hui du tourisme. Il faut dire que cette station balnéaire ne manque pas d'attraits avec ses criques, ses plages, ses forêts de pins et ses points de vue sur la plaine de l'Empordà, avec les Pyrénées en toile de fond.

À proximité, se trouvent des sites d'intérêt culturel comme les ruines d'Empúries, la cité médiévale de Sant Martí d'Empúries ou bien des sites naturels protégés comme le Parc naturel dels Aiguamolls de l’Empordà ou, un peu plus loin, celui du Cap de Creus.


La Cala Montgo


Malgré une urbanisation importante, la ville de l'Escala a su ménager des espaces propices à la promenade et la contemplation. La promenade des plages d’Empúries (Promenade Doctor Pi i Llussà) est un chemin de bord de mer qui a été aménagé pour les piétons et les cyclistes. Cet itinéraire de deux kilomètres relie le nord de la veille ville à Sant Martí d’Empúries. Il offre une vue sur la baie et ses plages et permet d'avoir un aperçu sur le site antique d'Empúries.


Promenade Doctor Pi i Llussà


Dans la ville, l'art est présent sous diverses formes, tantôt discrète et inattendue comme les sculptures disposées en bord de mer, tantôt ostensible et monumentale comme la colonne Emporitana érigée sur un rond-point à l'entrée de la ville.


Le petit prince et la "Columna Emporitana"


L'Escala est bordé au sud et à l'est par le Montgrí, une petite montagne calcaire de 309 mètres d’altitude. De son sommet, on peut admirer le panorama sur la baie de l’Estartit et les îles Mèdes, une zone protégée d’un grand intérêt écologique pour les espèces marines.


 

Les dunes continentales
 

C'est au pied de cette montagne que des dunes se sont peu à peu formées sous l'effet du vent dominant (tramontane).

À la fin du XIXe siècle, leur progression vers l'intérieur des terres devint une préoccupation pour les habitants qui entreprirent alors de les fixer par des plantations de pins et de graminées. Aujourd'hui, c'est une vaste forêt qui couvre tout le versant nord-est de la montagne. Les dunes sont toujours présentes mais bien cachées sous la pinède, à 4 km du bord de côte.



Sur le plan des orchidées, la région est riche d'une vingtaine d'espèces parmi lesquelles Ophrys forestieri, tenthredinifera, passionis, arachnitiformis (exaltata ssp. marzuola), bilunulata, speculum, lutea, Neotinea maculata, conica, Orchis anthropophora, Himantoglossum robertianum, Limodorum abortivum, Cephalanthera longifolia, Serapias lingua et parviflora. Elles sont visibles dans la plaine sur des pelouses sèches ou dans les pinèdes clairsemées, dans les dunes continentales ou bien encore dans les landes à romarins sur le plateau calcaire qui domine la Cala Montgo.

Himantoglossum robertianum

Himantoglossum robertianum


Ophrys tenthredinifera, forestieri et passionis

Ophrys arachnitiformis

Ophrys arachnitiformis (exaltata ssp. marzuola)

La cohabitation de certaines espèces peut parfois entrainer des hybridations. Ce phénomène, bien que rare, conduit souvent à des résultats spectaculaires :

Ophrys forestieri x passionis Ophrys forestieri x tenthredinifera
Ophrys passionis x tenthredinifera Ophrys arachnitiformis x tenthredinifera

Op. forestieri x passionis, Op. forestieri x tenthredinifera,
Op. passionis x tenthredinifera, Op. exaltata
ssp. marzuola x tenthredinifera


D'autres plantes rares peuvent également être observées comme l'anémone palmée ou la romulée de columna.

Anemone palmata, Iris lutescens, Narcissus assoanus, Romulea columnae, Cistus albidus


Autrefois, les marais de l’Empordà occupaient pratiquement toute la plaine de la baie de Roses et du bas Ter. Pour s’en faire une idée, le massif du Montgrí se trouvait isolé par les eaux et les Grecs fondèrent la colonie d'Empúries (en grec « marché », « entrepôt ») sur une île située entre les anciennes embouchures des rivières Fluvià et Ter. Les vestiges gréco-romains d’Empúries sont aujourd'hui considérés comme un des gisements archéologiques les plus importants d’Espagne. La colonie fondée en 600 av J-C. par les phocéens déjà établis à Marseille fut ensuite occupée par les Romains, et presque abandonnée au haut Moyen Âge. On peut encore y observer des murailles, un forum et de magnifiques pavements en mosaïques.


Site archéologique d'Empúries


À quelques kilomètres de Rosas, le Parc naturel Aiguamolls de l’Empordà se compose d’un ensemble d’étangs, d’enclos et de prés inondables à la confluence des rivières Muga et Fluvià. Il constitue un habitat privilégié en plein milieu de la Costa Brava.

C’est l’un des espaces naturels de Catalogne où l’on peut observer le plus d’espèces animales. Plus de 300 espèces d’oiseaux y ont été recensées et plus d’une centaine y font leur nid. Parmi les plus remarquables, on peut citer le martin-pêcheur, le flamant rose, la grande aigrette, l'échasse, la poule sultane, la spatule, la cigogne blanche et diverses espèces de canards (colvert, souchet, sarcelle d'hiver…), de chevaliers (arlequin, cul-blanc, sylvain,…), de hérons (cendré, pourpré) ou d'ibis.

Etangs de Vilaüt avec en fond le massif du Canigou, Sarcelle d'été, Cigognes blanches



Le parc possède trois réserves naturelles intégrales (interdites au public), et des secteurs libre d'accès et aménagés pour l'observation des oiseaux.

Echasse blanche




Pour en savoir plus


[1] : Compte rendu des sorties 1999 du groupement Roussillon de la S.F.O. J.M. Lewin L'Orchidophile n°142, juillet-août 2000.
http://www.visitlescala.com/




A suivre... / To be continued

 

Retour au sommaire Régions