Aveyronpage 1/2


 

Carte de situation
 

L'Aveyron est l'un des plus grands départements de France en terme de superficie. Situé au sud du Massif Central, il est constitué de hauts plateaux rocheux entaillés par des vallées profondes au fond desquelles circulent les rivières Truyère, Lot, Aveyron ou Tarn.

Le département dispose d'un patrimoine naturel exceptionnel. Des terres arides des Causses du Larzac aux hauts plateaux volcaniques de l’Aubrac en passant par le Rougier de Camarès ou les chaos calcaires de Montpellier-le-Vieux, l'Aveyron offre une grande diversité de paysages.

Dans le sud du département et à cheval sur la Lozère, les Grands Causses constituent à eux seuls un des plus grands espaces naturels d'Europe. Soumise aux influences climatiques continentales, méditerranéennes et montagnardes, cette région est d’une grande richesse faunistique et floristique. De nombreuses espèces d’oiseaux nicheurs et des plantes endémiques attirent chaque année de plus en plus d’amateurs éclairés. Ce territoire marqué par des millénaires de pastoralisme abrite également un patrimoine architectural (jasses, granges, lavognes...) qui est emblématique des paysages des Causses.

 




Paysages de steppe du Causse Méjean (haut, centre). Gorges du Tarn depuis le Roc des Hourtous (bas)


Rond-point de Roquefort-sur-SoulzonPastoralisme vers Tiergues


L'Aveyron regorge d'espèces de fleurs des plus communes aux plus rares. Les orchidées ont la part belle avec 72 espèces répertoriées sur environ 160 recensées en France. Parmi elles, deux espèces sont particulièrement emblématiques des Grands Causses : l'Ophrys aveyronensis et l'Ophrys aymoninii. Ces deux joyaux attirent à eux seuls bon nombre d'orchidophiles venus de l'Europe entière. Plus commune bien que rare dans le sud de la France, Cypripedium calceolus est également présent dans quelques stations des gorges du Tarn (Lozère) ou de la Jonte (Aveyron).



Ophrys aveyronensis, Cypripedium calceolus et Ophrys aymoninii


Les causses du Larzac et du Guilhaumard sont particulièrement riches en espèces. Ce sont des sites largement prospectés par les amateurs qui vers la fin du mois de mai arpentent les pelouses sèches à la recherche des Ophrys et Orchis. Parmi les lieux les plus fameux figurent les communes de Lapanouse-de-Cernon, La Couvertoirade, Cornus ou encore Le Clapier. De nombreux hybrides sont également présents sur ces sites où le relief ondulé offre de grandes vues panoramiques.




Divers hybrides d'Ophrys (Les noms apparaissent lorsqu'on passe le pointeur sur les photos)


En marge des orchidées, de nombreuses autres plantes peuvent être observées sur les Causses. Vers la fin mai, il n'est pas rare de trouver sur les pelouses sèches l'élégante Anémone pulsatille (Pulsatilla vulgaris et sa variété costeana), l'Aster des Causses (Aster alpinus ssp. cebennensis) un proche cousin de celui des Alpes ou encore la Stipe pennée (Stipa pennata) encore appelée cheveux d'ange. Le Narcisse des poètes (Narcissus poeticus) et l'Ancolie commune (Aquilegia vulgaris) affectionnent des milieux plus humides (prairies, sous-bois ou talus de bord de route). Sur les causses les plantes messicoles comme le bleuet des champs (Centaurea cyanus) ou le coquelicot (Papaver rhoeas) égayent de leurs couleurs vives les champs de céréales.



Anémone pulsatille, Aster des Causses, Narcisse des poètes, Ancolie commune, Hépatique noble, Anémone pulsatille de Coste, Centaurée


Bleuets et coquelicots...des fleurs à tout bout de champ


Sur ces plateaux la pierre toujours affleurante constitue le matériau de base pour les constructions. Toits de Lauzes, arcs subtils et voûtes cambrées embellissent de nombreuses fermes et hameaux. On peut admirer l'architecture caussenarde en visitant les places templières et hospitalières de Sainte Eulalie de Cernon, La Couvertoirade, La Cavalerie ou du Viala du Pas de Jaux. Parmi ces sites classés, la Couvertoirade qui fut édifiée en 1249 par les Templiers constitue une véritable miniature de la ville médiévale.

La Couvertoirade


Hameau de La Crouze (Gorges du Tarn)


Lavogne et Carline



 

Retour au sommaire RégionsPage suivante