Aveyronpage 2/2


 

Une des attractions touristiques les plus connues, sont les vautours qui nichent principalement dans les falaises des gorges de la Jonte et du Tarn. Le vautour fauve, dont l'envergure peut atteindre 2,7 m, est une espèce qui a été réintroduite au début des années 80. On compte actuellement près de 450 couples avec une progression d'environ 10% par an. Son plumage est caractérisé par des dégradés de bruns, de beiges et de noirs. En vol, il se reconnaît relativement facilement par sa taille imposante et ses larges ailes munies de longues rémiges digitées.

Le vautour moine, plus foncé et un peu plus grand que le vautour fauve, niche dans les arbres. Réintroduit entre 1992 et 2004, ses effectifs dans les Grands Causses atteignent une vingtaine de couples. Enfin, le vautour percnoptère, de taille plus modeste et au plumage contrasté blanc et noir, revient d’Afrique au printemps pour se reproduire. Il n’en reste pas plus de 70 couples en France et quelques-uns dans la région des Grands Causses (informations : Parc naturel régional des Grands Causses).



Vautour moine (Gorges de la Jonte - 10.10.15)

 

Vautour fauve (Les Vignes - 29.09.13)
 


Vautour fauve (Gorges de la Jonte - 10.10.15)


Vase de Sèvres - Gorges de la Jonte


 

Lézard vert - Plateau du Guilhaumard
 

Durant la journée, on peut repérer le lézard vert (Lacerta bilineata) en train de se chauffer au soleil. Le mâle est plus gros que la femelle et présente une gorge et des joues outrageusement fardées de bleu à la période des amours.

Ce lézard, qui affectionne les zones broussailleuses parsemées de rochers et d’arbres, est un habitué des Causses. Il peut mesurer jusqu'à 40 cm de long et se nourrit de gros insectes, de vers, de mollusques, de petits rongeurs ou de fruits murs. Craintif, il fuit à la moindre alerte.

 

Les rougiers de Camarès constituent une autre attraction touristique de l'Aveyron. Localisé au sud de Saint-Affrique, ce territoire offre des paysages étonnants où le rouge de la terre et des roches gréseuses chargées en oxyde de fer contraste avec le vert des cultures environnantes.





Paysages des rougiers (Gissac et Camarès)

Ouvrages de référence

Ci-dessous quelques ouvrages et publications qui traitent des orchidées de la région :

 


Les orchidées sauvages des Causses et Cevennes. D. André, TDO Editions (2015), ISBN-10: 2366521227
Atlas des orchidées de France. F. Dusak & D. Prat, Biotope Editions (2010), ISBN-10: 2914817622
Les Orchidées de l'Aveyron. Ch. Bernard. L'Orchidophile n°34 (nov. 1978) p.1140-1154
Cartographie des Orchidées de l'Aveyron. L'Orchidophile, supplément au n°135 (jan. 1999)
Cypripedium calceolus dans les Causses et le Massif central. Ch. Bernard. L'Orchidophile n°182 (sept. 2009)


 

Page précédenteRetour au sommaire Régions