Epire 2011page 1/2

Du 23 avril au 1er mai 2011

L'Epire est une région montagneuse de la Grèce continentale bordée à l’ouest par la mer Ionienne, au nord par l'Albanie et à l’est par la région de Thessalie. Notre séjour, bien que très court, nous a permis d'observer quelques espèces emblématiques comme l'Ophrys helenae (une première pour nous) et de passer un peu de temps sur des sites touristiques fameux comme Delphes, Dodoni ou les Météores.

Depuis Athènes nous rejoignons la région de Delphes et son célèbre site antique.

 

Delphes - Temple d'Athena (23.04.11)
 


C'est l'occasion de belles rencontres avec des taxons relativement répandus dans cette partie centrale de la Grèce.



Ophrys delphinensis (23.04.11)
 

Ophrys spruneri (24.04.11)


Ophrys spruneri (23.04.11)
 

Ophrys spruneri (23.04.11)


Ophrys argolica (23.04.11)
 

Ophrys argolica (23.04.11)


Avec des hybrides parfois difficiles à identifier:
Sous toutes réserves : Op. argolica x delphinensis (photos 1 et 2), argolica x ferrum-equinum (3), ferrum-equinum x spruneri (4), delphinensis x ferrum-equinum (5), argolica x spruneri.


En remontant vers le Nord-ouest nous rencontrons nos premiers Ophrys helenae, superbe espèce bien caractérisée par l'absence totale de macule et de pseudo-yeux et par son labelle rouge qui tire vers le noir. Elle est très répandue dans le nord-ouest de la Grèce et nous accompagnera tout au long du séjour.



Ophrys helenae - Kerasovo (27.04.11)
 

Ophrys helenae - Kerasovo (27.04.11)


Ophrys helenae - Kerasovo (27.04.11)
 

Ophrys helenae - Eklissies (25.04.11 )
 

Ophrys helenae - Kerasovo (27.04.11)


Deux autres espèces relativement courantes sont l'Op. attica et l'Op. crassicornis :



Ophrys attica - Ieromnimi (26.04.11)
 

Ophrys attica - Pentapoli (24.04.11)


Ophrys crassicornis - Eklissies (25.04.11)
 

Ophrys crassicornis - Eklissies (25.04.11)


Cette dernière appartient au groupe très embrouillé des oestrifera qui rassemble une dizaine de taxons de "scolopax à bras longs", plus ou moins séparés par la longueur relative des gibbosités et la taille du labelle. Selon les auteurs on retrouve d'ailleurs le taxon épirote sous différentes appellations : Op. oestrifera minuscula, bicornis, cerastes….


Ophrys reinholdii, toujours aussi photogénique :



Ophrys reinholdii - Pentapoli (24.04.11)
 

Ophrys reinholdii - Pentapoli (24.04.11)


Dans la région de Dodoni, Op. leucophtalma qui se distingue principalement de Op. mammosa par sa large tache blanche dans la cavité stigmatique (voilà un truc facile à retenir !).



Ophrys leucophtalma (26.04.11)
 

Ophrys leucophtalma (26.04.11)


Le secteur au Nord-ouest de Ioannina est certainement l'un des plus riches à la période où nous y étions. Nous y avons observé de belles populations d'Ophrys parfois en mélange.


Ophrys hebes (aranifera subsp. hebes) :



Ophrys hebes (28.04.11)
 

Ophrys hebes (28.04.11)


Ophrys cephalonica (exaltata subsp. cephalonica) (à gauche) et Ophrys grammica (aranifera subsp. grammica) (à droite) toutes deux endémiques du nord-ouest de la Grèce :



Ophrys cephalonica - Eklissies (25.04.11)
 

Ophrys grammica - Ieromnimi (26.04.11)


Ophrys zeusii (sphegodes subsp. zeusii) avec sa large bordure jaune et son labelle trilobé :



Ophrys zeusii (26.04.11)
 

Ophrys zeusii (24.04.11)


Orchis boryi :



Orchis boryi (24.04.11)
 

Orchis boryi (24.04.11)


Ainsi que plus classiquement Ana. morio (subsp. picta), papilionacea et l'inévitable hybride entre les deux :

 

Ana. morio x papilionacea - Vasilopoulo (26.04.11)


 

Retour sur la liste des voyagesPage suivante